LE BOEUF SUR LE TOIT, LES ANNEES COCTEAU (Cabaret Littéraire et Musical)

Création de et avec Philippe Tesson

Dans l’ambiance d’un cabaret des années 1920, une évocation du légendaire Bœuf sur le Toit à l’époque où Jean Cocteau l’animait. Quatre chanteuses, trois pianistes et un poète le font revivre sur des airs de Gershwin, Fats Waller, Poulenc, Satie, Kurt Weill etc… Du jazz, de l’élégance, de la poésie. Un bonheur.

Le Bœuf sur le toit n’est pas un texte. C’est un cabaret qui fut particulièrement célèbre dans les années 1922-1923, lorsque Jean Cocteau en fut son animateur, et dont Philippe Tesson a eu l’idée de raconter l’histoire en l’illustrant d’intermèdes musicaux et littéraires, comme au Boeuf où nous avons recréé l’atmosphère au beau milieu du public qui fait partie du décor. Ce spectacle, ce sont ces intermèdes qui le constituent : des chants, des partitions musicales et des poèmes. Ils sont d’une grande variété et d’une belle qualité. Le récit ne sert que de guide. Les acteurs sont des pianistes, chanteuses et comédien. C’est ainsi qu’on faisait au Bœuf. On n’est pas au théâtre mais on est au spectacle, entre quatre murs. On est donc au cabaret avec Jean Cocteau, Raymond Radiguet, Jean Wiener et Clément Doucet qui jouaient souvent à 4 mains, et le groupe des 6 dont Francis Poulenc, Georges Auric, Darius Milhaud et Arthur Honegger…

Mise en scène : Stéphanie Tesson
Direction musicale : Daphné Tesson
Maître de cérémonie : Philippe Tesson
Scénographie et lumières : François Loiseau
Chant : Caroline Casadesus – Mona Heftre – Laurence Lo Jay
Récitant : Eugène Marcuse
Piano : Orlando Bass – Jean-Baptiste Doulcet – Jean-Christophe Rigaud
Production : Théâtre de Poche Montparnasse
Remerciements au Comité Cocteau et au groupe Flo

SO… LO! (Pop Jazz Folk)

Lo Jay exprime sa passion pour la musique en nous surprenant par ses capacités à passer d’un jazz authentique qui nous rappelle les voix de Mildred Bailey, Anita O’Day ou encore Peggy Lee, à une touchante interprétation du répertoire d’Edith Piaf, ou encore en incarnant la parfaite chanteuse de country, lorsqu’elle s’arme de son chapeau et de sa guitare.

Mais c’est dans son propre rôle, celui de l’auteur compositeur, qu’elle se dévoile sur des chansons françaises dans l’air du temps.
« So… Lo » est un savant mélange de ses multiples facettes où elle jongle entre guitare, banjo et voix.

LO JAY & HER JAZZ ADDICTS (Jazz Trad New Orleans)

C’est à la Nouvelle Orléans que sont nés les Jazz Addicts, groupe de spécialistes de jazz traditionnel que Lo Jay a formé en réponse au souhait de George Buck, fondateur du prolifique groupement de labels de jazz classique, de lui éditer un album dans le genre, GHB Records.
Musique de rue, et de scène, du trio au big band, trombones, trompettes, saxophones, clarinettes, contrebasses, soubassophones, tout se mélange pour donner un cocktail de bonne humeur.

Lo Jay s’entourent des meilleurs dans ce style festif et authentique, nous faisant voyager à travers les bayous. Des standards des plus traditionnels entre gospel, blues, fanfares, créole, aux chansons qui ont fait le succès des comédies musicales dans les années 20, 30 et 40 : Gershwin, Cole Porter, Hoagy Carmichael, Fats Waller, Handy, Clarence Williams, Louis Armstrong…
“ Tout est en place pour servir Laurence dans son dessein de perpétuer la tradition des grandes chanteuses blanches, dont on n’insistera jamais assez sur le rôle qu’elles ont joué dans l’histoire de la musique populaire. Ecouter Laurence, c’est évoquer Peggy Lee, Anita O’Day ou Kay Starr. Bien joué et chanté comme ça, qu’est-ce que c’est bon !” (Christophe Mourot, Soul Bag)
« Laurence “Lo” Jay a souhaité faire un travail qui sorte un peu de l’ordinaire en mélangeant habilement styles, genres et époques. La jeune bordelaise est entourée d’une solide équipe franco-australo-américaine à dimension variable». (Michel Lalanne Hot Club de Bordeaux)
“Lo Jay a toujours un excellent timing, du swing, et ses possibilités vocales sont bien mises en valeur… le plus surprenant, son style Peggy Lee. (Claudia et Jean-Pierre Battestini, Jazz Dixie- Swing)

Piano : Julien Brunetaud – Serge Moulinier
Contrebasse : Sébastien Girardot – Christophe Jodet
Batterie : Guillaume Nouaux – Pascal Legrand
Guitare : David Blenkhorn
Trombone : Sébastien Iep Arruti
Sax : Michel Mondou – Alain Coyral
Trompette : Pascal Drapeau – Yoann Loustalot

THE SAINT LOUIS BIG BAND (Jazz années 30)
« COTTON CLUB LEGEND : LA FOLIE DES ANNÉES 30! »

créé par José Haro
Direction musicale : David Cayrou

Chanteuse : Laurence Jay
Les « Funky Swingers”: Angie Larqué, chorégraphe
Claquettistes : Edwige Larralde et Dorel Surbeck (Champion du Monde dans leur catégorie en 2014)
Présentation : Gérard Gervois

Ce spectacle haut en couleur est une rétrospective des années folles. Un spectacle unique, une invitation au voyage à travers le temps. Laissez-vous transporter lors de ce show au coeur du plus célèbre des cabarets de New york  “Le Cotton Club “.
17 artistes sur scène pour que la musique, la danse se fréquentent et s’apprivoisent, pour le plus grand bonheur des spectateurs.
Dix musiciens, six danseurs et une chanteuse pour deux heures de spectacles à vous couper le souffle.

Lo Jay intègre le Saint Louis Big Band connu pour présenter un répertoire de Jazz Classique en référence aux grandes formations des années 20-30 aux Etats-Unis, telles que celles de Fletcher Henderson, Duke Ellington, Cab Calloway. Cette période fut riche en jeunes musiciens qui, peu à peu, devinrent célèbres : Coleman Hawkins, Louis Armstrong, Charlie Green, Joe Smith et l’arrangeur Don Redman.

Saxophones et clarinettes: Jean-Louis LACLAVERE, David CAYROU, Nicolas MONTIER
Trombone: Sébastien ARRUTI
Trompettes: José HARO, Michel LASSALLE
Tuba: Gérard GERVOIS
Batterie: Benoît AUPRETRE DE LAGENEST
Banjo: Patrick VIVIEN
Piano: Thierry OLLE
Chanteuse: Lo Jay

LO JAY JOUE O’DAY (Swing Jazz)

mis en scène par Guy Lenoir

Lo Jay : chant
Serge Moulinier : piano
Christophe Jodet : contrebasse
Pascal Legrand & Didier Ottaviani : batterie

Anita O’Day s’est imposée comme une des voix incontournables de la musique américaine, sans avoir pourtant connu la notoriété d’Ella ou Billie. Sans doute à cause de sa façon de se présenter comme l’un des musiciens plutôt qu’une Diva.
Car Anita se distingue des chanteuses contemporaines grâce à son sens rythmique exceptionnel, un swing canaille irrésistible, et toujours superbement escortée par des sidemen de haut vol.
C’est en rendant hommage à cette artiste éclaboussante à en faire pâlir certaines gloires vocales d’aujourd’hui, et dont l’humour, la vivacité, l’élégance sur les planches en ont fait une légende fascinante, que Lo Jay et le trio de Serge Moulinier revisitent les titres les plus racés de son riche répertoire sur une mise en scène de Guy Lenoir.
Un brin d’éternité à la grande Anita O’Day, comme il se doit !